ROYAL ENFIELD a rendu hommage à Winifred Wells pionnière de légende de la moto !

Paris, le 8 mars 2020. À l’occasion de la journée de la femme, ROYAL ENFIELD a rendu hommage à Winifred Wells pionnière de légende de la moto…

Winifred Wells, pionnière du motocyclisme et figure légendaire de Royal Enfield, est décédée le 1er février 2020, à l’âge avancée de 92 ans, dans la péninsule de Mornington (Victoria, Australie).
Née en 1928 en Australie occidentale, Winifred Wells était promise à un destin hors du commun. Animée d’un profond esprit d’aventure et d’une insatiable soif de voyage, elle devint à l’âge de 22 ans une figure emblématique de l’histoire de la moto en Australie.
Ses exploits audacieux et innovants appartiennent désormais à l’histoire de la moto.
Pionnière, téméraire et déterminée, ces quelques mots peinent à décrire la femme extraordinaire que fut Winifred « Winnie » Wells.
Royal Enfield rend hommage à une vie remarquable faite d’aventures, d’exploits et de découvertes. Elle fut une étoile filante qui inspira - et continuera d’inspirer - de nombreuses générations de femmes passionnés d’aventures et de deux-roues aux 4 coins du monde.

Lorsque Winnie prit la décision d’apprendre à conduire une moto, elle dut faire face à une forte opposition de la part de ses collègues masculins. Le motocyclisme était alors un univers exclusivement réservé aux hommes et nombreux furent ceux qui témoignèrent de leur mépris envers la jeune femme. Cependant, fidèle à son esprit d’indépendance, Winnie élabora un projet qui ferait taire ses détracteurs : entreprendre une série d’aventures transcontinentales épiques, le genre d’exploits auxquels ses contemporains masculins se contentaient de rêver.

Le 26 décembre 1950, Winifred, alors âgée de 22 ans, enfourcha sa Royal Enfield Bullet 350 cm3 pour se lancer dans sa première grande aventure à moto et affronter les périls du grand Outback, au plus fort de l’été australien. Équipée d’une simple paire de sacoches, d’une valise à sangles, vêtue d’une culotte de peau, de bottes, d’une veste en cuir et d’une vieille casquette en tweed, elle effectua ce périple inédit d’un océan à l’autre à travers le coeur sauvage de l’Australie.

Depuis sa ville natale de Perth jusqu’à Sydney, avant d’effectuer le voyage retour, elle parcourut ainsi plus de 8800 kilomètres en seulement 21 jours avec une moyenne stupéfiante de 590 kilomètres par jour !
À l’époque, le réseau routier australien était sous-développé, Winnie dût faire face à de longues et ardues portions de pistes de brousse, entrecoupées de routes de gravier parsemées de nids-de-poule. L’imprévisibilité toujours dangereuse de ces revêtements routiers furent une succession de défis qui mirent à rude épreuve la détermination de Winnie.
Deux jours seulement après le début de son périple, Winnie chuta gravement à grande vitesse sur une portion de route particulièrement accidentée. Elle écopa d’un hématome crânien mais poursuivit sa route sans ciller, plus déterminée que jamais. Le plus grand défi fut la traversée de la plaine de Nullarbor, une étendue de 1600 kilomètres de long dans un désert étouffant où les températures dépassent parfois 40°C.

Pour Winnie, cette première aventure ne fit qu’attiser sa soif de nouvelles découvertes et se fixa très vite un nouveau défi encore plus ambitieux : le tour du continent australien.
Deux ans plus tard, accompagnée de son père, George, Winifred effectua le tour de tout le continent australien, parcourant près de 16000 km en 65 jours, affrontant des températures allant jusqu’à 44°C.
Le 23 septembre 1952, les deux motards quittèrent Perth en direction du nord, une nouvelle chevauchée fantastique tout aussi mouvementée débutait. Il n’y eut aucun incident à déplorer jusqu’à ce que l’équipage atteigne Pardoo Sands, une étendue éreintante de 100 miles de sable profond et mouvant, sans aucune route praticable.
Après avoir essuyé tout au long de la journée une tempête de poussière et surmonté des conditions difficiles le duo arriva à bon port à Cairns, dans le nord du Queensland avant de
poursuivre leur route vers Brisbane. De là, les conditions en direction du sud furent plus clémentes, ils réussirent à atteindre Sydney pour finalement revenir chez eux à Perth le 26 novembre.

La vie de Winnie, après ses deux grandes aventures australiennes, continua d’être marquée par une volonté constante de repousser les limites et de découvrir de nouveaux horizons. Winnie prit ensuite part à des compétitions de vitesse, elle apprit à voler - obtenant une licence de pilote professionnel - et servit de navigatrice pour l’un des gagnants d’une course aérienne autour de l’Australie.

Contact :
www.royalenfield.com/fr/fr/