Tourisme… sportif !

Article paru en mars/avril 2017 (JDM 104)

Responsable essai / texte : Gé, CDLR 71
Masochiste du moment  : Gé Rabbit, l’inoxydable…

Essai moto Kawasaki Z1000SX

 

En ce mois de février, 6°C au compteur de ma fidèle Honda, un rien de brume dans nos contrées septentrionales du Châlonnais, un vent du diable Vauvert sous les arbustes de bord de route, routes au demeurant bien “grassouilles”… Un temps à ne pas sortir un motard, quoi. Pas grave, on a promis à Carole et Coco d’essayer la toute dernière mouture de la Kawasaki Z 1000 SX avec laquelle nous avions déjà croisé le fer il y a six ans, et comme on tient toujours nos promesses…

 

C’est donc après avoir relu notre copie la veille au soir, essayeurs consciencieux que nous sommes, que nous voilà prêts à faire subir les derniers outrages à la belle d’Akashi, positionnée comme une sportive grand tourisme décomplexée.
Onde de choc immédiat en arrivant à la Concession Spring Bike 69 de Villefranche-sur-Saône au vu du look acéré de la dernière mouture SX… Mais on en reparle plus tard, pour l’heure il s’agit d’éviter les orages annoncés dans l’après-midi donc… GAZZZZZZZ !

Kawasaki Z1000 SX : Performances

“Cœur de roadster”, “entrailles de Ninja”, tout est assumé par Kawasaki et d’entrée de jeu on est propulsé par un moteur vif, plein, nerveux avec un couple bien présent pour répondre aux demandes légitimes des baroudeurs.

Les 142 cv sont bien là et le passage à la norme Euro 4 n’a rien entamé côté sensations de conduite, bien au contraire puisque les ingénieurs ont optimisé la souplesse du 4 cylindres et les vibrations gênantes de la version antérieure ont carrément disparu.

L’électronique omniprésente et largement ajustable propose deux modes moteur : le L pour une puissance limitée adaptée au grand tourisme et le F qui permettra à l’amateur d’arsouille de se prendre pour un temps pour Rea ou Sykes.

Un système d’embrayage dénommé “Assist & Slipper” remplit la fonction d’anti-dribble tout en limitant l’effort au levier et on bénéficie même d’un réglage d’écartement sur 5 positions pour soulager nos poignets vieillissants.

Dans les monts de la vallée d’Azergue, on envoie ainsi du GROS gaz et malgré des revêtements incertains parfois, le risque de boue piégeuse omniprésent, nous nous sommes sentis en relative sécurité grâce à la finition exemplaire de la Kawette.

Bon, il faut dire que notre gentil commercial nous avait expliqué, juste avant notre escapade, que notre Z 1000 SX était équipée de l’une des évolutions majeures de la marque, à savoir le système KCMF pour “Kawasaki Cornering Management Fonction”… ça sent le mal de tête ça, non ? En fait non !

Le KCMF, kézaco ? Pas de pré-réglage, ni trip “machin chose”, le système ultra sophistiqué est basé sur une centrale inertielle dotée d’un capteur gyroscopique à 5 axes qui détermine précisément la position de la moto dans l’espace.
Pour faire simple, ce système se couple simultanément avec l’ABS et le contrôle de traction pour les rendre plus efficients lors des prises d’angles mêmes les plus outrageantes.
La magie des algorithmes garantit efficacité et sécurité même pour des secoués du bocal comme Gé Rabbit quand on parle virages, épingles à cheveux et toucher du genou.
Notre compère n’hésitera pas à souligner d’ailleurs à notre interlocuteur, en bon camarade s’entend, que vu mon niveau de pilotage côté angle, cela ne me servirait pas à grand-chose mais… Il s’est fait tacler en douceur car les systèmes KTRC et KIBS sont là pour corriger aussi les erreurs de pilotage ou les situations impondérables afin d’éviter les chutes à des tarmos “normaux”… et TOC !

Grosse averse à la descente sur Limas, pas de soucis le mode L est très bien adapté pour réguler les excès d’optimisme et l’on peut enrouler sans forcer les virages prononcés de la zone péri urbaine de Villefranche.
Au niveau du trafic urbain d’ailleurs, aucun souci, on peut sans problème rester sur la 6e entre deux feux sans avoir à titiller le sélecteur, le couple de la 1000 cm3 est bien là et on reste concentré sur la circulation bien chargée en cette veille de week-end.

Tenue de route et freinage de la Kawasaki Z1000 SX

La SÉCURITÉ en plus des sensations, tel a été le leitmotiv des ingénieurs nippons pour améliorer ce modèle, sans que les suspensions ne soient impliquées dans le package électronique, comme beaucoup de modèles actuels. Le conducteur lambda s’y retrouve donc côté budget et fiabilité tout en roulant en toute quiétude.
Le système de freinage reste fiable et inchangé par rapport à la version précédente avec 2 disques, 4 pistons à fixation radiale à l’avant et 1 disque de 250 mn et un étrier à piston à l’arrière. Seul un nouveau matériau de plaquettes arrière et un ressort de rappel plus efficace nous ont été signalés et l’on peut affirmer que notre Kawasaki possède un feeling et une puissance excellente.

Kawasaki Z1000 SX : esthétique, confort et équipement

“Acérées”, “saillantes”, “agressives”, voilà les qualificatifs qui sont revenus le plus souvent lors de notre debriefing maison pour définir les lignes de la belle japonaise.
La filiation avec les Ninja pures et dures et une certaine ZX-10 R ou H2 est indéniables, assurément recherchée et ravira les amateurs de machines plus sportives.
Côté confort, malgré l’annonce par la marque d’une amélioration du revêtement de selle, nos séants de vieux tarmos ont souffert pendant tout l’essai, certainement parce que nous avions à l’esprit l’annonce de “tourisme sportif” mais… Il vous faudra acquérir au plus vite, chers lecteurs baroudeurs, une selle adaptée pour la plus grande joie des Moillo, Bagster ou Briant… et autres fournisseurs d’accessoires de plaisir.

Côté améliorations on soulignera quand même la hauteur de la bulle réglable et le carénage élargi afin de protéger encore mieux les jambes du pilote.
Les poignées passager sont elles aussi hyper ergonomiques et incorporent les fixations des valises, valises qui peuvent aisément accueillir un casque intégral, du tout bon pour les virées en amoureux, non ?
Côté équipement du tableau de bord on notera avec bonheur l’arrivée (enfin !) d’un indicateur de rapport engagé et de la température ambiante.
Pour les amateurs de détails ludiques, on notera que l’aiguille du compte-tour change de couleur à mesure qu’elle grimpe dans les tours, passant du blanc au rose puis au rouge… rigolo ou pathétique ? That is the question !

Kawasaki Z1000 SX : verdict final

EXCELLENTE PROGRESSION et un soin apporté aux détails, hormis la fameuse selle… Tout cela fait de notre routière sportive une très belle alternative aux GT classiques mieux équipées sans doute mais beaucoup plus onéreuses.
Plus moderne dans la conception, plus sûre, plus efficace que la première version, la SX a évolué de manière conséquente et saura sans aucun doute trouver son public.
À titre personnel, j’ai beaucoup hésité à acquérir ce modèle pour succéder à ma VFR 1200 et si, pour l’instant, mon choix s’est tourné vers un trail routier anglais, j’envisage sérieusement d’acquérir la belle Kawasaki dans un futur proche car elle possède une belle polyvalence. C’est dit, c’est écrit.

 

Les +
Le moteur vif, nerveux et coupleux
La protection en nette amélioration
Le look d’enfer pour frimer en “routière ” 

 

Les -
La selle ferme et rugueuse
L’absence de protège mains
Poignées chauffantes… de série…
Le look acéré typé H2 R, c’est point facile tous les jours ma bonne dame…

 

Fiche technique Kawasaki Z1000 SX (selon données constructeur 2017)


MOTEUR
Type : 4 cyl. en ligne, 4T, 2ACT, 16 soup., refroidis. liquide
Cylindrée : 1043 cm3
Puissance : 106 ch à 9100 tr/min
Couple : 110 Nm à 7800 tr/min
Boîte de vitesse : 6 rapports
Transmission : par chaîne
PARTIE CYCLE
Cadre : double poutre alu
Réservoir : 19 L
Hauteur de selle : 815 mm
Poids : 235 kg tous pleins faits
À partir de 13 599 €

 

Commentaires avisés du concessionnaire
Notre spécialiste de Spring Bike 69 nous a confirmé que la cible clientèle était évidemment les amateurs de tourisme qui ne veulent pas s’encombrer d’une GROSSE GT pour voyager afin de pouvoir s’encanailler de temps à autre sur route ouverte comme sur circuit.
La polyvalence est donc à l’ordre du jour et les ventes ont décollé dès l’arrivée en concession de la SX, faisant quelque peu de l’ombre à la 1000 Versys qui peine, malgré ses qualités évidentes, à trouver son public.
Un grand merci à la concession Spring Bike 69 qui nous accueillait pour la première fois et à Julien, jeune commercial sympathique qui n’a pas hésité, malgré une météo pourrie, à nous prêter la SX, la confiance s’est installée de suite entre nous.
Spring Bike 69
15, Bd Edouard Herriot
69400 Villefranche-sur-Saône
04 74 65 80 43 


Voir les photos en cliquant sur l'onglet