L'Irlande à moto. 2900 km sur Triumph 1600 Thunderbird

Par Brigitte et Arnaud Lepetit de Bauvin (59)

2010, première incursion en verte Erin au cours de laquelle nous avions visité Dublin puis parcouru le sud de l'Irlande. Nous y retournons cette année pour découvrir cette fois l'ouest et le nord de l'île.
Le voyage se fait du 26 juin au 10 juillet, soit une quizaine de jours, avec une traversée depuis Cherbourg pour rallier Rosslare au sud-est de l'Irlande, soit 18 heures de traversée. Nous avons troqué notre fidèle Triumph Tiger 955i pour une Triumph (toujours, eh oui...)1600 Thunderbird fortement équipée route. La moto est bien chargée mais moins que je ne l'aurais cru. Prévoyant, j'ai bien durci les suspensions.

voyage moto irlande

Jour 1, le port de Cherbourg

Il est 16 h lorsque nous entrons dans le ventre de l'Oscar Wilde de la compagnie “Irish Ferries”. À noter que nous avons dû caler nous-mêmes la moto !

Jour 2, Rosslare / Limerick

Traversée très calme, nous débarquons à 11 h 30 (heure locale soit 12 h 30 en France). On roule à gauche, pas de blagues… Destination Limerick, troisième ville d'Irlande, par la N24 puis la N25 à partir de Waterford. La météo est stable. Le temps d'acheter et d’engloutir une demi-livre d'excellentes fraises de Wexford et les 195 km sont avalés sans problème.

La chambre d'hôte est située dans une petite maison de ville bien placée à 5 minutes du centre. L'accueil est sympathique, la chambre est petite mais fonctionnelle, la moto est parquée à l'arrière de la bâtisse.
Notre hôte nous indique un restaurant dans lequel nous pourrons écouter de la musique : The Locke Bar & Oyster House.

Le saviez-vous ?
Irlande. Autrefois nommée Erin, cette île à l’ouest de l’Angleterre est très attachée à son identité celtique. Européenne depuis 1991, son symbole, la harpe celtique, figure sur les pièces de 1euro. Divisé en 4 provinces et 32 comtés (République d’Irlande et Irlande du Nord réunies) dont la capitale est Dublin, l’Irlande au cours des siècles, a connu une Histoire douloureuse.
Côté géographie. Grande plaine centrale entourée par une couronne de montagnes côtières, l’île possède le plus long fleuve des îles britanniques : le Shannon.

Jour 3, visite de Limerick

La moto reste au garage et c'est à pied que nous commençons la visite la ville. Direction le King John's Castle, au cœur de la partie médiévale, nous lui consacrons la matinée.
À part le quartier du château très typique, Limerick a peu d'intérêt si ce n'est commercial. Intéressant : les quais du Shannon où l'on peut noter les effets de la marée.
Nous passons deux bonnes soirées à déguster des huîtres et écouter de la musique irlandaise dans le Locke Bar & Oyster House, un des meilleurs pubs de notre voyage.

Côté terroir.
Les fraises irlandaises sont réputées, celles de Wexford bénéficient du climat doux de l’extrême sud du pays. Ces fruits rouges sont la base du dessert traditionnel de fête : le trifle, avec crème pâtissière et génoise.
Les huîtres irlandaises sont incontournables. Dégustées natures, avec un filet de citron ou avec une Guinness… Bien sûr ! À goûter absolument, tout comme les plateaux de fruits de mer et les poissons, notamment les brochets et saumons fumés.

 Jour 4, Limerick / Lahinch

Il pleuvine, nous protégeons le sac arrière et mettons nos vestes de pluie.
La N59 longe la rive sud de l'estuaire du Shannon jusqu’à Tarbert pour le bac. 20 min de traversée puis par la N57 nous rejoignons Kilkee, jolie station balnéaire. Le temps se remet tout doucement mais sûrement.
Nous nous dirigeons ensuite vers Loop Head, cap pénétrant dans l'océan Atlantique, via la route de la côte, the Dunlicky Road qui est magnifique bien que limite pour la moto.

Au retour, arrêt dans un restaurant. Le temps se met au beau, nous sommes samedi, de nombreux motards irlandais se promènent… Nous ne voyons aucune Triumph, moto anglaise… N'est-il pas ?
Par la N57 nous remontons la côte jusqu’à Lahinch où nous attend notre B&B. Bon accueil et belle vue sur la mer depuis ses fenêtres !
Le soir nous nous baladons, à pied le long de la mer. Restaurant sympa où nous mangeons des moules. 

Jour 5, Lahinch / Galway 

Enfer de Dante ! Ce sera la pire journée de toutes les vacances. La bruine nous accompagne au départ.
Depuis Lahinch, la R478 nous amène au Cliff Of Moher, falaises hautes de plus de 200 m. Malheureusement, en plus de la pluie, le brouillard et le vent s'invitent. 

Le site ? Déçus car tout est (trop) bien organisé, avec parking et entrées payantes, souvenirs, bibelots exposition... Ouais, bof. Nous visitons avec le casque sur la tête, pluie oblige. Impressionnantes quand même, ces falaises !
Nous continuons vers le massif de Burren par la R478 puis la N54. C'est un endroit pierreux au relief karstique et les routes sont superbes. La bruine continue doucement mais il y a moins de vent. À Corrofin nous remontons vers Gort par la R460. La pluie cesse et dans l'après-midi nous gagnons Galway, lieu de notre prochaine étape, par la N18.

Visite de Galway

C’est la porte d’entrée du Connemara. Ce port créé en 1124 et assiégé par les troupes de Cromwell est aujourd’hui un endroit très vivant avec ses rues piétonnes et son centre animé. Une visite rapide de la ville, au soir, nous amène à penser que nous aurions dû y rester plusieurs nuits.
Le B&B est juste bien, sans plus. Aucune convivialité.

Jour 6, Galway / Cleggan

Enfin nous avons un temps plus lumineux ...
Après un “Irish breakfast” de bon aloi, nous longeons la côte de la baie de Galway par la R336, vers l'ouest direction le Connemara. Le paysage s'endurcit quelque peu, nous arrivons là où ne poussent plus que les moutons noirs et les pierres. Par les R340, R342 et R341 nous arrivons à Roundstone

Roundstone

Petit port plein de charme dont la tradition est la pêche aux homards, on y trouve beaucoup de restaurants de fruits de mer ; nous y prenons notre “lunch”.
À voir : le petit centre d’artisanat traditionnel (poterie, bijoux…).
Le temps étant vraiment calme aujourd'hui, nous décidons de plonger à l'intérieur du Connemara, craignant un retour de la pluie pour le lendemain !

R341 puis N59 sur la droite pour revenir tout de suite sur la R344. Nous longeons les magnifiques Lough Derryclare et Inagh au milieu des montagnes. Nous avons l'impression de nous retrouver dans un col des Alpes et pourtant nous ne sommes qu'à 100 m d'altitude !
Direction Clifden par la N59, côtoyant le magnifique Lough Kylemore et son abbaye.
Nous dévions de notre route pour aller jusqu’à Cleggan, petit port de pêche et producteur d’huîtres que nous goûtons le lendemain soir. 

« Des nuages noirs qui viennent du nord colorent la terre, les lacs, les rivières : c'est le décor du Connemara… »
Extraits « Les Lacs du Connemara », interprète Michel Sardou. 

Clifden, camp de base 

Seule ville à l'ouest du Connemara, c’est notre lieu de villégiature pour deux nuits. Le B&B Country House est situé près de la ville. C'est un joli cottage avec une hôtesse qui parle français ! 

Côté terroir.
L’Irish breakfast est le p’tit dèj traditionnel, mêlant sucré et salé. Vous trouverez dans votre assiette des oeufs, du bacon, des haricots, de la saucisse, du saumon fumé, de l’omelette, mais aussi des toasts à la confiture, du “brown bread” (pain brun à base de céréales), le tout avec du thé irlandais ou du café. De quoi bien commencer la journée ! 

Jour 7 

La pluie s'est invitée…
La journée commence bien par des petits airs de « fiddl » puis de « tin whistle » joués et chantés par notre hôte, Mary. « So amazing » !

Le saviez-vous ?
Le fiddle, le tin whistle et le bodhran’ sont des instruments traditionnels de la musique irlandaise.
Le fiddle se rapproche du violon. L’un des éléments les plus importants repose sur la touche sentimentale dans la mélodie appelée le “nyah” qui exprime à la fois la tristesse et la solitude.
Le tin whistle est une petite flûte de métal, composée de 6 trous. Pour en jouer, il faut savoir bien doser son souffle !
Le bodhran' quant à lui est composé d’un tambour sur cadre et d’un bâtonnet.

Un peu de shopping à pied. Le ciel se dégage, petit tour de R341 vers le sud de la presqu'île. Repas pris dans un petit restaurant sympa.
La suite est de nouveau très humide pour le retour vers Clifden. Le soir nous dégustons (encore) des huîtres, de Cleggan cette fois, et écoutons de la musique. Belles retrouvailles avec le joueur de bodhran que nous avions connu dans le Pas-de-Calais en 2012 lors d'un concert dans un estaminet. Belle rencontre ponctuée de quelques bières, bien sûr.

 Jour 8, Clifden / Sligo

Le ciel est enfin calme et nous allons vers l'amélioration pour les jours suivants ...
Nous remontons vers le nord de l'Irlande par la N59. En cours de route, visite de l'est du Connemara en passant par la R336 puis la R345 le long du Lough Corrib, le plus grand lac d'Irlande du Sud, la R300 longeant le Lough Mask.
La région provoque une attirance toute “Sherlockholmesque”, “Baskervillienne”, digne des plus grands films de la Hammer. On aime cela ! Nous y reviendrons, c'est sûr ! 

Ensuite, Sligo, lieu de notre prochaine étape par la R310, Ballina et la N59. Notre chambre d'hôte est parfaite, proche du centre ville, accueil très convivial.
Le soir nous visitons Sligo, ville étonnante et belle, pleine de couleurs et la Garvoge River, déversoir du Lough Gill, large et remuante. 

Le Connemara que nous quittons à regret, restera notre meilleur souvenir d'Irlande. Nous nous sommes toujours sentis les rois d'un monde désertique, beau, ayant une âme particulière et profonde. La montagne, la tourbe et les moutons, cette réalité est telle que nous l'imaginions. 

Jour 9, Sligo / Buncrana 

Après une étape très sympathique par l'accueil et peut-être le meilleur breakfast des vacances, nous reprenons la N15 vers l'extrême nord du pays, la péninsule d'Inishowen.
Petit arrêt à Ballyshannon pour une photo devant la statue de Rory Gallagher dont c'est la ville natale.
La route se poursuit vers Donnegal et la N15 puis la N13 jusque Bridge's End où nous prenons sur la gauche la R238 vers Buncrana. Il est tôt, nous poursuivons vers Malin Head, par successivement les R238, R244 et R242.
Le point de vue magnifique, la solitude du site apporte une certaine magie sur le moment. Retour sur Buncrana où nous attend notre B&B, grand et très lumineux. Nous y resterons deux nuits.

Jour 10, visite de Derry 

Deuxième ville d'Irlande du Nord. La moto se repose, nous prenons le bus à Buncrana (un départ par heure). Trente-cinq minutes de trajet et nous voilà au centre. Balade sur les remparts cernant la ville protestante, visite de Bogside, la ville catholique avec ses monuments du souvenir (Bloody Sunday, grévistes de la faim). Moment plein d'émotions... 

Jour 11, Derry / Ballycastle 

R238 puis R239 et de nouveau la R238 vers le nord cette fois, le long du Lough Foyle vers Greencastle où nous traversons le goulet par le bac.
Nous quittons la République d'Irlande pour entrer dans le Royaume Uni et l'Irlande du Nord. Fini les euros, vive la livre sterling !
La Causeway's Road nous mène jusqu'à la célèbre Chaussée des géants. À noter au passage les ruines du château de Dunluce, certainement l'endroit le plus photographié d'Irlande. À ne pas manquer et c'est gratos.

La Chaussée des géants 

Cette visite est une arnaque absolue. La géologie volcanique de la Chaussée des Géants est réellement particulière et vaut le coup d'œil mais de là à faire payer 20 £ (25 €) l'entrée + 6 £ de parking (même en bécane car impossible de se garer ailleurs !) il y a un peu d'abus. Surtout que voir cette exception géologique après qu'une trentaine de bus a déversé tous ses passagers, c’est pire qu'à Auchan une veille de rentrée scolaire...
S’en suit une visite plus sympathique à la distillerie qui est juste à côté. 

Distillerie Bushmills 

En plein cœur du village du même nom, cette distillerie connue pour son célèbre whisky Bushmills est la plus ancienne du monde (1608), c’est aussi la dernière distillerie en activité en Irlande du Nord. On y apprend la fabrication du whisky, on observe les cuves, les alambics géants et bien sûr on a droit à une dégustation avant de passer par la boutique… Leur 20 ans d'âge est fameux, avec modération cela va sans dire.

Côté terroir.
Le whisky irlandais. Léger et très fruité, il tient cette particularité d’une triple distillation et de la taille des alambics : seules les vapeurs d'alcool les plus volatiles parviennent jusqu'en haut avant d'être condensées, ce qui donne cette légèreté.
Parmi les whiskies les plus connus se trouvent le Bushmills, le Cooley, le Jameson, le Tyrconnell…
À boire toujours avec modération.

Pour info.
Distillerie Bushmills, horaires : lundi - samedi de 9 h à 17 h, tarif : 7 €, www.bushmills.com 

Jour 12, Ballycastle / Larne 

Toujours sur la Causeway Road (A2), quelques incartades vers la côte, sur la Torr Road, nous permettent d'admirer l'Écosse…
Nous prenons possession de notre chambre d'hôte à Larne, petit port à 20 km de Belfast. 

État des routes.
Sur la Torr Road, la route est étroite et sinueuse (herbe au milieu) et le T-Bird montre pour la première fois ses limites en terme de maniabilité. 

Jour 13, visite de Belfast 

Nous prenons le train. Arrivés au centre ville, nous ressentons tout de suite une prégnance britannique plus importante. La ville est coupée en deux, comme Derry, mais l'atmosphère est bien plus “Orangiste” et plus étouffante.
Après avoir déambulé dans la ville, nous prenons un bus impérial qui va nous emmener dans les quartiers protestants que les habitants ont décoré en vue du 12 juillet, célébration de la bataille de la Boyne (1690) où les protestants Irlandais l'emportèrent sur les catholiques. On n'en finit pas. 

Côté terroir.
La bière irlandaise.
Brune, rousse ou blonde les plus connues sont la Guinness et la Murphy’s, mais la Kilkenny et la O’Hara’s sont aussi bien appréciées.
La Guinness, très particulière, onctueuse, amère et très foncée, se marie très bien avec l’huître irlandaise.
La Beamish est une bière brune typiquement irlandaise qui ressemble à la Guinness, avec une crème épaisse et des arômes caramélisés. À déguster avec modération.

Jour 14, Dernier “irish breakfast”…
Goodbye Ireland

Le ferry nous amène vers Cairnryan en Écosse. Ensuite Newton Stewart, New Galloway, Carlisle, Brampton et enfin la A 67 jusqu’à Piercebridge au George Hôtel.
Cette route est réellement très jolie. Roulante, nous naviguons à flan de coteau pendant plusieurs dizaines de kilomètres et prenons un réel plaisir à piloter. Superbes paysages !

Nous trouvons l'hôtel facilement, il est bien, très verdoyant et bordant la Tees, fleuve côtier ma foi important semble-t-il ! La moto est rangée dans la cour, le dîner pris dans les jardins. Par contre, pour ce qu’il y a dans l'assiette, malgré le choix de lasagnes, elles ont le goût d'eau… Nous constatons malheureusement que nous sommes en Angleterre, n'est-il-pas ?
Le lendemain, nous arrivons directement sur le périphérique Est de Londres à 16 h (heure française), attention de nouveau on roule à droite… À 17 h nous sommes “at home” !

L'Irlande est un pays fabuleux pour les motards. Les routes sont dans un état qu'envieraient beaucoup d'autres pays européens. Loop Head, le Connemara et la presqu'île d'Inishowen resteront nos meilleurs souvenirs de motards. Prochaine incursion dans le pays des British : l’Écosse ! 

 

Côté moto.
Très bon comportement de la Thunderbird qui est vraiment une bonne routière. Elle passe partout, enfin presque, consomme peu, est très confortable, parfaite en duo. Son couple énorme nous a fait oublier la charge qu'elle a dû porter pendant ces quinze jours. 

Côté budget.
Environ 2 800 €
Traversées. Pour Cherbourg-Rosslare et Larne-Cairnryan, je suis passé par le site aferry.fr
Cherbourg-Rosslare 164 € - avec cabine. 18 h de traversée tout confort.
Larne Cairnryan 70 € - 1 h 30 de traversée.
B&B. 980 € petits déjeuners compris
Repas. 780 € vu les petits déjeuners, le midi c'était souvent “light ”. Nous nous faisions un peu plais’ le soir : huîtres, apéros, bières...
Essence. Environ 300 €
Périple de 2920 km et l'essence à 1,70 € le litre.
Faux frais. 500 €
Visites musées et autres, cadeaux, bar. 

 

 signature cendrillon


Voir les photos en cliquant sur l'onglet