Le tour du mont Blanc à moto

Par Thierry Speziale, Président des Casques Gaulois

Ce tour du mont Blanc effectué du 10 au 14 juillet, proposé par nos amis Claudio et Pierrette, était la 70e sortie organisée par notre club. Il fallait donc marquer un grand coup !
Notre club, les Casques Gaulois, a été créé en 2009 pour fédérer un groupe de motards passionnés. Nous sommes situés à Romagnat, près de Clermont-Ferrand, dans cette belle région d'Auvergne propice aux balades motos.

balade moto mont blanc

Côté équipage.

L’asso est composée d’une quarantaine de membres expérimentés puisque tous pratiquent la moto depuis de très nombreuses années. Notre parc motos est constitué en grande majorité de machines à vocation grand tourisme, infatigables routières pour aller loin et sans courbatures.
Pour ce périple nous étions 7 BMW : 3 RT dont une LC, 2 K1600 GT et GTL, une 1200 R et une K1200 GT, avaient répondu à l’appel quatorze motards, un nombre très satisfaisant pour une balade dynamique dans les Alpes.

Jour 1, Romagnat / Nantua 255 km

Nous nous retrouvons vers 16 h 30 place du stade à Romagnat, ville où siège notre club.
Nous avons prévu de passer plusieurs cols pendant notre séjour et pourtant conseil avait été donné de ne prendre aucun vêtement trop chaud et surtout aucun vêtement de pluie !

C’est la première fois en 70 sorties que nous sommes aussi catégoriques.
En effet, la canicule est présente sur la France depuis de nombreux jours et rien ne viendra perturber ce vaste anticyclone. Les vêtements d’été ont d’ailleurs été de rigueur tout le week-end.
Nous avons choisi de partir le vendredi fin d’après-midi pour nous rapprocher au plus vite des Alpes. Donc autoroute de Clermont-Ferrand à Nantua.
Nous logeons à l’hôtel dans un beau cadre puisque l’établissement est situé en face du lac.

Sympa Jean-Louis Aubert !

Nous avons eu le plaisir de rencontrer le chanteur Jean-Louis Aubert* qui logeait au même hôtel que nous. Celui-ci a eu la gentillesse de prendre notre groupe en photo.
Le monde à l'envers, quoi !
*Jean-Louis Aubert est natif de Nantua.

Jour 2, Nantua / La Rosière 265 km

C’est une grande étape de montagne qui nous attend, avec 5 cols.
Auparavant, nous prenons la N1084, direction Genève puis l’A40 sur une quarantaine de kilomètres que nous quittons à Scionzier.
Voilà ! La montagne est désormais devant nous. Grandiose !

Premier col, celui de la Colombière (1613 m) et qui nous mène au Grand Bornand.
La matinée est maintenant bien avancée, le col de la Colombière nous ayant un peu retardé avec une circulation difficile, nous faisons notre pause déjeuner en plein air à Saint-Jean-de-Sixt.

Départ à 14 h pour deux nouveaux cols, le col des Aravis (1486 m) et le col des Saisies (1650 m). Après le col des Saisies, nous passons à Beaufort.
Dans les vallées il fait très chaud mais en altitude on est également super bien avec nos blousons d’été.

Nous attaquons désormais le col de Méraillet (1605 m) qui nous emmène au lac de Roselend. La route est viroleuse à souhait et nous permet de donner de l’angle à nos BM. Au sommet du col de Méraillet, le paysage est splendide !

A savoir.
Col de la Colombière (1613m). Ouvert de juin à octobre, il relie le Grand Bornand à la vallée de l'Arve. Point de départ de nombreuses randonnées, c'est aussi une classique du Tour de France cycliste.
Col des Aravis (1486 m). À cheval sur la Savoie et la Haute-Savoie. Les troupeaux de vaches de races abondance et tarine sont ici en alpage dès la fonte des neiges... Vous êtes au pays du Reblochon !
Col des Saisies (1650 m). Il permet le passage entre la vallée du Beaufortin et celle du Val d’Arly. Sa station propose un vaste domaine skiable l’hiver. 

La pause s’impose. Nous nous arrêtons au chalet du Cormet, pour nous désaltérer face à une vue magnifique. La route qui suit jusqu'à Bourg-Saint-Maurice est un pur bonheur.
Après avoir ravitaillé en carburant, les 7 motos entament sur un rythme plus soutenu le col du Petit Saint-Bernard. La route est belle, sinueuse sur 20 km jusqu'à La Rosière. Notre lieu d’hébergement est situé à 1850 m d’altitude.

Côté terroir.
Savoie-mont Blanc, un superbe plateau de fromages !
Reblochon. Fromage à la croûte safran et à la pâte onctueuse, né dans la vallée de Thônes au XIIIe siècle. Posé sur une rondelle d’épicéa, il se déguste toute l’année, avec une préférence pour le printemps et l’été, lorsque les vaches sont à l’alpage.
Beaufort. Ses caractéristiques : un parfum fruité. Incontournable dans de nombreuses recettes comme la fondue bien sûr ou le soufflé.
Abondance. Ce sont les moines du monastère d’Abondance qui défrichèrent au MoyenÂge les terres de la vallée du Chablais et sélectionnèrent la race de vache pour donner naissance à ce fromage. On retrouve l’Abondance à la table du Pape à Avignon en 1381. Il faut reconnaître ce mérite aux moines : ils connaissent le bon manger … et le bon boire. Sa pâte est souple avec un léger goût de noisette.
À côté de ces 3 emblématiques fromages, d’autres variétés feront le bonheur du gourmet, tels l’Emmental et la Raclette de Savoie, le Chevrotin, le Tamié, la Tome des Bauges et la Tomme de Savoie …

Jour 3, La Rosière / Châtel 196 km 

Il fait beau, cela va de soi …
Au programme de la journée, nous avons deux cols, mais pas des moins connus : le Petit et le Grand Saint-Bernard.
À la sortie de La Rosière, une énorme moto en bois dédiée aux motards nous fera nous amuser comme des enfants.
Le sommet du Petit Saint-Bernard (2188 m) est tout proche, environ 8 km de La Rosière.
Le Col du Petit Saint-Bernard sépare la Tarentaise, c’est-à-dire la vallée de l'Isère, de la vallée d'Aoste.

ITALIE 

Eh oui, nous sommes désormais en Italie.
Avec une belle descente de 23 km jusqu'à Pré-Saint-Didier. Dommage qu'il y ait trop de voitures !
Petit arrêt café et achat du pique-nique dans cette petite ville italienne de grand passage.
La vue sur les Grandes Jorasses est splendide.
Nous poursuivons dans la vallée jusqu'à la ville d’Aoste, point de départ de l'ascension du col du Grand Saint-Bernard (2469 m). 

La distance est d'environ 32 km jusqu'au sommet du col du Grand Saint-Bernard.
Là aussi, beaucoup de circulation et il est difficile de se faire totalement plaisir dans le pilotage de nos motos.
Nous nous arrêtons au sommet, côté suisse pour pique-niquer. Quel bonheur d'être en groupe et de partager ces moments uniques ! 

SUISSE 

État des routes.
Nous sommes en Suisse, la qualité des routes nous le rappelle à chaque instant. La descente du col sur 37 km est agréable et tranquille, circulation oblige.
Les kilomètres seront parcourus à bon rythme sur un bitume parfait. 

La vallée empruntée s'appelle la vallée d'Entremont et elle rejoint Martigny. À Orsières, nous laissons la route principale E27 de côté pour une petite route magique en pleine forêt suisse jusqu'à Champex, puis nous longeons les gorges de Durnant très abruptes jusqu'à Martigny. Il fait très chaud à Martigny, plus de 30°C.La vallée est traversée jusqu'à Monthey située au Sud-Est du lac Léman.Nous sommes dans le canton du Valais connu entre autres pour sa culture de l'abricot.Il nous reste désormais une quinzaine de kilomètres à effectuer pour rejoindre Châtel, notre ville étape située en France. Nous logeons et dînons à l'Hôtel au centre de Châtel.

Jour 4, Châtel / Chamonix 111 km

C'est une demi-étape qui nous attend ce matin.
En effet, nous avions décidé de passer l'après-midi du lundi à Chamonix et particulièrement au sommet de l'aiguille du Midi.
Au programme ce matin, 3 cols : le col du Corbier (1235 m), le col du Ranfolly (1650 m) et celui de la Joux Plane (1715 m).
Après avoir sillonné la vallée d'Abondance, nous faisons exprimer pleinement les moteurs dans la montée et la descente du col du Corbier.
Nous sommes bien rassasiés et nous continuons plus tranquillement en direction de Morzine où les Harley's days ont lieu tout le week-end. C'est par hordes que nous les croisons !
Arrivée au pied de la Joux Plane, grosse déception : le col est fermé ! Et pourtant aucune information sur Internet, ni dans les autres médias.
Nous sommes obligés de prendre la route normale par Les Gets, Taninges et Cluses. Sympathique mais sûrement moins que par les cols.
Le reste de la route est classique, Sallanches et Les Houches jusqu'à Chamonix mais avec constamment la vue extraordinaire sur le massif du mont Blanc.

Chamonix 

Nous logeons dans un hôtel****
Nous nous sommes un peu lâchés au niveau budget pour notre dernière journée mais le cadre de cet hôtel avec piscine et vue sur le mont Blanc ne nous fait rien regretter.
L'après-midi, le groupe se sépare en deux : certains partent à l'Aiguille du Midi (57€ aller/retour par personne en téléphérique) et les autres traînaillent en ville, puis à la piscine. La moto aux Casques Gaulois, c'est bien sûr des moments de détente et de visites ! 

Objectif le toit de l’Europe ! 

Un groupe de huit embarque pour l'ascension du mont Blanc sur le plus long téléphérique du monde.
À l'arrivée à l'Aiguille du Midi (3842 m), ils admirent l'une des plus belles vues sur les Alpes, peuvent distinguer les Grandes Jorasses, La Dent du Géant (4013 m), le fameux mont Cervin (4478 m), etc. 

Mais l'aventure ne s'arrête pas là, ils embarquent dans la télécabine pour la pointe Helbronner, 45 min de traversée au-dessus des séracs* et des crevasses !
*Blocs de glace de grande taille partiellement détachés d'un glacier.
À faire une fois dans sa vie, paysages et vues époustouflants... De plus les terrasses panoramiques à 360 degrés les transportent près des sommets mythiques avec des vues exceptionnelles !
45 km de long... Qu'il est grandiose le toit de l'Europe ! 

Jour 5, Chamonix / Romagnat 440 km

Dernier jour de notre virée autour du mont Blanc.
Notre route se poursuit par Saint-Gervais, Megève, puis par une déviation en montagne ma foi fort sympathique jusqu'à Ugine et ensuite Albertville.
Kilomètres obligent, nous prenons l'autoroute Albertville-Chambéry que nous quittons ensuite pour nous faire le col de l'Épine, le dernier de notre périple.
Nous nous sommes fait plaisir une dernière fois, bien que la route soit étroite et piégeuse.

Voilà, la montagne, c'est fini et nous prenons désormais le grand ruban à la Tour du Pin pour Lyon où des membres de notre club, Philippe et Sylvie, nous ont invités à faire piscine et barbecue chez eux.
La fin de l’aventure, c'est ensuite Saint-Étienne et enfin Clermont-Ferrand par l'A89.

Côté budget.
Essence, hébergements, visites et pique-niques, environ 850 € le grand week-end par couple et par moto.

Notre groupe a passé un séjour inoubliable accompagné par une météo exceptionnelle.
Nous avons partagé pendant 4 jours et demi, de façon intense, notre plaisir du pilotage, la découverte de beaux paysages, les bonnes tables et les moments de franches rigolades.
La moto en groupe, c’est tout simplement cela !

   

signature cendrillon


Voir les photos en cliquant sur l'onglet